de funes bonnet de nuit

C’estoit un friand morceau que les Dieux s’estoient reservé, et qui faisoit un des grands poincts de leur felicité. Ses aisles luy ayant servy de nageoires, il arriva dans son palais de cristal, et, parce qu’il faisoit le pleureux, elle le reconforta (suivant la coustume des bonnes vieilles, qui applaudissent à toutes les sottises de leurs petits-enfans) le flatta et luy donna des pois sucrez. Il se voulut donc tenir caché, et il ne le put mieux faire qu’en se retirant dans de petites cabanes de bergers qu’il trouva aux environs. Aussi tout le monde est d’accord que les bergers ont esté les premiers qui ont gousté de ses douceurs; il ne se faut pas estonner s’ils l’ont traitté d’une maniere si delicate, puisque leur premier maistre d’escole a esté le dieu mesme qui fait aymer. Le petit dieu trouva ce procedé fort choquant, et se fascha de les voir agir si negligemment en une chose dont tant de gens font une affaire tres importante. Cupidon ne fut pas longtemps chez elle sans y vouloir faire la mesme chose qu’il avoit faite chez les bergers: car, comme il craignoit de se gaster la main faute de s’exercer à tirer ses fléches, qui est la seule chose qui le fait valoir, il en décocha quelques-unes d’un petit arc de poche qu’il avoit; mais c’estoit d’abord plustost en badinant que de dessein formé, comme on voit des enfans se jouer avec des sarbatanes.

Voyla donc Cupidon en un aussi grand danger que celui qu’il avoit couru auparavant. Ce fut derriere luy que Cupidon se posta un jour pour faire la guerre à sa rebelle. Or comme les petits officiers portent toujours envie aux grands et taschent de se mettre en credit en les destruisant, ce Triton, qui avoit la dent un peu venimeuse et tenant un peu de celle du brochet, fut ravi de trouver une occasion de mordre sur l’intendant des coquilles. Vrayment (dit alors Charroselles), j’avois grande estime pour le pauvre Mythophilacte, mais je lui sçay fort mauvais gré de ce qu’il destourne ces petits libraires du soin de faire des recueils. Tant s’en faut: pour recompenser le charitable traittement qu’il en avoit receu, il leur aprit à faire l’amour, car vous apprendrez, si vous ne le sçavez, que l’amour estoit jusqu’alors inconnu parmy les hommes; tous les accouplemens s’y estoient faits à la manière des bestes, par un instinc de la nature, et pour servir seulement à la generation. Cependant ils ne purent faire si peu de bruit en faisant leurs petites affaires qu’ils ne fussent entendus de ces chiens que Scille nourit pres de là (car c’est en cet endroit qu’est le chenil de Neptune.) Dés que l’un eust aboyé, tous les autres en firent autant, et par cette belle musique Scille fust bien-tost esveillée, aussi bien qu’un Triton jaloux, endormy à ses costez.

Sa sottise en fit naistre une bien-tost apres, qui, bien que legere, ne laissa pas d’estre prise aux cheveux. Ce dieu mesnagea si bien les coups de ses flesches, qu’il fit naistre des flammes mutuelles dans les coeurs de chaque berger et de chaque bergère; le soin de plaire estoit le seul qui les occupoit; l’affection estoit reciproque et la fidelité inviolable. Un bandit d’opéra-comique tombe dans l’entrepont. Elle condamna la pauvre Nereïde à estre enfermée le reste de ses jours dans une prison de glace au fond de la mer Balthique, et le seducteur fut emprisonné dans une coquille de limaçon, où toûjours depuis il se tint caché, et n’osa monstrer ses cornes, sinon quelquefois à la fin d’un orage. Elle voulut en mesme temps sçavoir la cause de ce bruit, croyant que ses chiens aboyoient apres quelques voleurs qui venoient ravir les grands trésors qu’elle a amassez du debris des naufrages qui se font ordinairement sur sa seigneurie.

Toutes ces addresses dont, entre toutes les autres rencontres, l’on se sert pour se faire aymer, leur furent inutiles; ils se contentoient de faire l’amour des yeux; à peine y employoient-ils les paroles, et la plus serieuse occupation de cet amour badin estoit la plupart du temps de joüer au pied de beuf, de se regarder sans rire. A ce coup toute la froideur de la dame s’esvanoüit; elle sentit pour cet homme qui estoit devant elle une ardeur qui ne peut estre exprimée, jusque-là qu’elle se vid preste de lui declarer elle-mesme sa passion, si la pudeur du sexe ne l’eust retenuë. Cet homme ressentit presque en mesme temps de pareilles motions pour elle; peut-estre luy estoit-il tombé sur le gros orteüil une des flesches perduës dont nous avons parlé, dont la piqueure avoit un certain venin, qui, insensiblement, lui avoit gagné le coeur. Il luy prit donc envie d’aller à une ville prochaine, et, parce qu’elle estoit belle et grande, il y demeura quelque temps pour la mieux connoistre.

Consultez notre page d’accueil pour en savoir plus sur bonnet de nuit homme.