bon point et bonnet d’ane jour nuit la journee

Dès le soir elle luy envoya une somme d’argent pour le payer de ses peines, qu’il refusa genereusement, et le lendemain elle luy envoya le triple en presens qu’il receut fort bien. On devine à ce brusque revirement une de ces natures impétueuses, irascibles, passant d’une extrémité à l’autre, et incapables, au lendemain de l’insulte, d’apercevoir une seule des qualités de l’homme dont elles ne voyoient pas la veille les défauts. Sa taille estoit petite, mais, en recompense, une bosse qu’il portoit sur ses espaules estoit fort grande; ses deux jambes estoient d’inégale grandeur; il estoit borgne d’un oeil et ne voyoit guere clair de l’autre, et tout l’esclat de ses yeux consistoit en une bordure d’escarlate de si bon teint qu’il ne s’en alloit point à l’eau qui en distilloit incessamment. Au lieu que les gens du commun ne peuvent jamais attraper ce bel air, parce qu’ils n’étudient point cet art de plaire qui ne s’apprend qu’aupres des dames, et qu’apres estre touché de quelque belle passion.

Ils luy monstrerent si bien qu’il n’avoit plus que ce moyen de se maintenir, qu’ils le firent resoudre à luy faire faire des propositions de l’épouser, malgré le peu de bien qu’elle avoit. Car (disoit-il), sous pretexte que ces gens ont quelque capacité ou expérience sur le chapitre des sauces, et qu’ils prétendent avoir le goust fin, ils croyent avoir droit d’aller censurer les meilleures tables de la ville, qui ne peuvent estre en reputation de friandes et de delicates, si elles n’ont leur approbation; jusques-là qu’il soustenoit quelquefois que ces gens estoient des larrons et des sacriléges, qui deroboient et venoient manger le pain des pauvres. Prenez garde de bien découper droit en suivant le tissu. Bien qu’il soit assez difficile d’émettre un jugement favorable sur l’une ou l’autre des deux parties, on reste convaincu après lecture que Furetière n’eut pas seulement pour lui l’esprit et la verve, et qu’il eut quelque raison d’exciper de sa bonne foi. Vrayement, c’est mon (dit Collantine), vous me renvoyez là à de belles gens; vous n’en avez jamais sçeu rien tirer, et puis, quand vous m’en donneriez cent, je ne serois pas satisfaite: je veux celle-là, et non point une autre; j’en fais état à cause qu’elle vient de ma grand’mère, qui me l’a donnée à la charge de la garder pour l’amour d’elle.

Miné pendant quatre ans par la fièvre et le désespoir que lui causoient les tracasseries de ses adversaires, obligé, il le dit, de se cacher pour défendre son repos et sa liberté menacés, exaspéré jusqu’au point d’être tenté de brûler son livre, l’occupation et l’espoir de toute sa vie, il s’éteignit à l’âge de soixante-huit ans, moins usé sans doute par les années et la maladie que par la fatigue et par l’angoisse. Depuis qu’il en eut une fois tasté, il ne crut pas qu’on se pust passer d’en faire; et on peut bien dire que c’est une maladie semblable à la gravelle ou à la goutte: dés qu’on en a senty une atteinte, on s’en sent toute sa vie. Il est mort glorieusement, en s’ensevelissant sous les ruines du fort Sainte-Marie, pour ne pas tomber entre les mains des Anglais. Il luy faisoit des escritures à dix sous par roolle; il s’abonnoit avec luy pour plaider ses causes à vil prix, moyennant certaine somme par an; il luy faisoit des presens; il luy donnoit à manger, bonnet de nuit femme et generalement par tous moyens il s’efforçoit de gagner son amitié. Il luy envoyoit mesme les chef-d’oeuvres des patissiers, des rotisseurs, et semblables menus presens qu’il recevoit en l’exercice de sa charge.

Je ne vous diray point la suitte ny la fin de ces amours; elles continuerent longtemps de la mesme force. Un mesme auteur estoit composé de plusieurs tomes d’inégale grandeur, d’impression, de volume et de relieure differente; encore estoit-il toujours imparfait. Note 9: «Je diray quand j’en seray persuadé que ce sont deux hommes de mérite (La Fontaine et Benserade) qui ont fait une injustice à un homme d’honneur et d’esprit. Ménage: «Je ne crois pas faire grand tort au corps entier de l’Académie en m’attribuant l’épître et la préface de son Dictionnaire, puisque j’en suis l’auteur. 1er, p. 97): «L’Académie tout entière a été sacrifiée à la passion de quelques uns de son corps. Au surplus, l’incertitude et l’obscurité où sont tombées les imputations des deux parties ne laisse pas de tourner à l’avantage de notre auteur, car, s’il est impossible de prouver aujourd’hui que Furetière ait réellement prostitué sa soeur et acquis par simonie ses bénéfices, il n’est pas besoin de preuves pour reconnoître que Lorau, Charpentier, Leclerc, Barbier d’Aucourt, Regnier Desmarais et consorts, étoient les uns des ignorants, les autres de détestables écrivains.