accessoires retraite bonnet de nuit

Je connois des personnes qui ne sont gueres loin d’icy, qui sont si difficiles à contenter sur ce poinct qu’elles en sont insupportables, et je crois qu’elles aimeroient mieux qu’un homme apportast dix sottises en conversation que la moindre irrégularité en l’adjustement. Il n’y a que peu de jours qu’un des plus illustres me fit une fort agreable doleance sur un pareil accident qui luy estoit arrivé. L’ancien proverbe qui, pour expliquer un homme propre, dit qu’il semble sortir d’une boëte, se trouve bien vray maintenant, et c’est peut-estre luy qui a donné lieu à l’invention de ces boëtes portatives. Mais (dit Hyppolite) approuvez-vous la conduite de certains illustres, qui, sous ombre de quelque capacité qu’ils ont au-dedans, negligent tout à fait le dehors. Car tous les differens qu’ils avoient ensemble, c’estoient de ces contestations qui leur arrivoient tous les jours par leur opiniastreté et par leur mauvaise humeur; et tant s’en faut que le mariage les appaise, qu’au contraire il les multiplie merveilleusement. Mais combien y en a-t-il qui, quelque soin qu’ils prennent à s’ajuster et à cacher leur pauvreté, ne peuvent empescher qu’elle ne paroisse tousjours à quelque chapeau qui baisse l’oreille, quelque manteau pelé, quelque chausse rompuë, ou quelque autre playe dont il ne faut accuser que la fortune?

S’il est richement vestu, on croit que c’est un homme de condition, qui a esté bien nourry et élevé, et qui, par conséquent, a de meilleures qualitez. «Il n’alloit plus autrement, dit Tallemant, et durant un an on ne rencontroit que lui par les rues, afin qu’on vît que cette voiture étoit commode. Cette fondation, dit le marquis, ne se fera peut-estre pas si-tost, et je la souhaite plus que je ne l’espere en faveur de mademoiselle (dit-il) en montrant Hyppolite, dont il ne sçavoit pas le nom, afin qu’elle n’ayt point le déplaisir de converser avec des gens crottez. Le marquis d’abord souffroit patiemment tous ces brocards assez communs, et, pressé du remords de sa conscience, n’osoit se défendre d’une accusation dont il se sentoit fort bien convaincu. Prévenus par un des déserteurs de l’attaque que Jésus avait projetée contre eux, ils s’étaient mis sur la défensive, et, au lieu d’une victime endormie, incapable de résister, les Apôtres avaient rencontré un ennemi armé jusqu’aux dents, fort par le nombre et la légitimité de son droit, qui les avait repoussés et déroutés, après leur avoir tué une cinquantaine d’hommes et fait prisonnier le redoutable Jésus, avec plusieurs de ses subordonnés.

Certes (dit alors Lucrece) Monsieur a grande raison, et, pour estre de la cour, il ne laisse pas de connoistre admirablement les gens de la ville. Or, comme sa richesse estoit assez évidente, et qu’elle consistoit en maisons dans la ville et dans les fauxbourgs, Laurence, tel estoit le nom de sa cousine, fit qu’on n’insista pas d’avantage sur cette formalité. Vôtre amy (dit alors Lucrece) estoit un peu scrupuleux; s’il eut bien fait il se seroit contenté de faire d’abord quelque compliment en faveur de ses canons crottez, quelque invective contre les desordres de la ville et contre les directeurs du nettoyement des boues, et un petit mot d’imprécation contre cet asne hypocrite, autheur du scandalle. Sauf votre respect, vous êtes bien heureux, vous, mar’chef, de pouvoir fumer comme ça! Je pense mesme qu’elles ne venient voir des gens bien mis qu’afin de se pouvoir vanter de voir le beau monde. Enfin, on le poussa tant là dessus qu’il fut contraint de repartir: Je vois bien, mesdemoiselles, que vous me voulez obliger à défendre les gens mal-propres, mais je ne sçay si je pourray bien m’en acquitter, car jusqu’ici j’ay songé si peu à m’exercer sur cette matiere, que je ne croyois pas avoir jamais besoin d’en parler pour moy, sans le malheur qui m’est arrivé aujourd’huy.

J’éprouve bien aujourd’huy (reprit le marquis), qu’on s’en sauve avec bien de la peine, puisque le carrosse ne m’en a pu garentir; et je me range à l’opinion de ceux qui soustiennent qu’il faut aller en chaise pour estre propre. Votre sentiment (dit Lucrece) est tres-raisonnable, et j’ay toujours fort combatu ces delicatesses; mais encore ce seroit beaucoup s’il ne falloit qu’estre propre, qui est une qualité necessaire à un honneste homme; il faut aussi avoir dans ses vestements de la diversité et de la magnificence: car on donne aujourd’huy presque partout aux hommes le rang selon leur habit; on met celuy qui est vestu de soye au dessus de celuy qui n’est vestu que de camelot, et celui qui est vestu de camelot au dessus de celuy qui n’est vestu que de serge. Comme aussi on juge du mérite des hommes à proportion de la hauteur de la dentelle qui est à leur linge, et on les éleve par degrez depuis le pontignac jusqu’au poinct de Gennes. On n’examine point son merite; on en juge seulement par l’exterieur et par des qualitez qu’il peut aller prendre à tous moments à la rue aux Fers ou à la Fripperie.

Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page Web.